Augmentation mammaire : les informations pertinentes pour une intervention sans risque

695
Partager :

L’augmentation mammaire est une pratique chirurgicale très prisée visant à donner plus de volume ou à modifier la forme des seins par le biais d’une implantation de prothèses spécifiques. Nombreuses sont les femmes qui optent pour cette alternative pour améliorer l’apparence de leur poitrine suite à diverses raisons comme la présence d’une asymétrie mammaire, la reconstitution de la forme et la taille des seins après une grossesse, etc. Passons à la loupe les informations pertinentes. 

Les formes et tailles d’implants mammaires

Le temps où l’apparition d’une coque ou capsule qui est une membrane solide autour de la prothèse et douloureuse est révolue, grâce à l’existence des prothèses remplies de gel cohésif de silicone. D’ailleurs, ce sont les prothèses les plus utilisées dans la réalisation d’une augmentation mammaire. Pour les formes, les options disponibles sont : 

A lire également : Remboursement abdominoplastie : tout ce qu’il faut savoir

  • Forme ronde : la forme la plus demandée et qui donne une apparence ferme et arrondie au sein.
  • Forme anatomique : c’est la forme qui imite la forme naturelle du sein. Le résultat est plus concluant et naturel.
  • Forme ergonomique : des implants ronds qui ne sont pas bien remplis et le gel est moins dense pour donner une forme anatomique et ronde au sein. Avec ces implants, les risque de rotation sont moindres.

La taille ou le volume de ces implants varie entre 200 à 800 cc, mais il existe également des prothèses dont le volume dépasse ces normes. N’oubliez pas que les avis d’un spécialiste comptent énormément avant de se lancer. 

Déroulement de l’intervention

Sachez que vous serez sous anesthésie générale et la réalisation d’une augmentation mammaire peut durer jusqu’à 1 h 30. En fonction de vos préférences concernant le choix des prothèses ainsi que vos demandes, le chirurgien spécialiste procèdera à l’implantation des prothèses suivant l’emplacement de la cicatrice adéquat. Ainsi, les prothèses seront posées soit devant ou derrière le muscle pectoral, toujours selon les cas. 

A lire aussi : Quel est le meilleur lactosérum pour le séchage ?

Les différents types de cicatrices 

Sachez que seul le patient est maître de leur choix concernant les cicatrices après une augmentation mammaire. Mais cette décision doit être en adéquation avec la technique chirurgicale utilisée pour la réalisation de l’augmentation mammaire. Les types de cicatrices les plus courantes sont : cicatrice péri-aréolaire (cicatrice qui se place autour de l’aréole), cicatrice infra-mammaire (cicatrice qui se trouve sous le sein), cicatrice axillaire (cicatrice se trouvant dans l’aisselle de la patiente).  

Emplacement de l’implant mammaire 

Il existe deux approches pour réaliser une augmentation mammaire, notamment l’emplacement des prothèses. Pour ce faire, le chirurgien peut opter pour la pose des implants derrière le muscle pectoral. Cette technique est souvent conseillée pour les femmes très minces qui veulent augmenter le volume de leur poitrine et qui ne possèdent pas assez de tissu mammaire. Pourtant, cette approche est plus douloureuse, surtout durant la récupération. De plus, les risques de déplacement et rupture des implants sont élevés. Il y a également la technique de pose devant le muscle pectoral où les prothèses seront posées sur le muscle pectoral. Pratique et facile à réaliser, cette technique offre un résultat plus concluant si la patiente présente tous les critères nécessaires comme l’épaisseur de la glande mammaire. 

Partager :